Je fais de l’anti-terrorisme…

 

Comme je l’ai publié précédemment, je participe au Clean IT Project. Pour rappel, ce projet européen vise à limiter l’utilisation d’Internet par des groupes extrémistes.

Cette semaine, je suis allé à Berlin pour le 4ème workshop du projet. En arrivant à mon hôtel, j’ai la surprise de recevoir la chambre 666, ce qui me donne un avant-goût de la réunion. J’essaye de garder l’esprit positif, sachant que le but du projet a de bonnes intentions, mais au fond de moi je sais déjà qu’il n’est pas possible d’atteindre ces buts sans limiter les droits fondamentaux des citoyens.

Timeline du workshop à Berlin le 4 et 5 Juin 2012

Lundi, 4 juin

Introduction

Le meeting commence par un “stay-lunch” au ministère de l’intérieur. 13 heures, la séance commence enfin, je suis tout ouïe. Le chef de projet, clarifie la situation quant à la confidentialité de la séance. Il n’est pas autorisé de divulguer les noms des participants, ni le contenu non-finalisé. Les participants peuvent partager ce qui est nécessaire au sein de leur organisation. Il est rappelé que le contenu n’est pas secret mais confidentiel. Bien, même si je ne suis pas d’accord avec le principe, je peux tolérer la situation et respecter les règles. Plus tard dans la journée je demande explicitement l’autorisation de pouvoir publier du contenu non-spécifique, ce qui m’est accordé (c’est à dire de pouvoir dire de quoi on parle sans aller dans des détails qui pourraient identifier des participants). Evidemment, tout ce qui est sur le site web du projet est, par définition, public.

Ensuite un “rapide” tour de table est fait et chacun se présente. Il y a environ 50 participants; représentants de divers gouvernements, services de renseignements, fournisseurs d’accès Internet, hébergeurs, ONG diverses (contre la haine, pour la défense des libertés, etc..), un joli panel hétéroclite.

Présentations

Le reste de l’après-midi se déroule avec plusieurs présentations sur le sujet de l’extrémisme et de la radicalisation, les moyens que ces groupes utilisent sur Internet pour radicaliser et mobiliser de nouveaux membres. Les présentations sont similaires mais apportent une bonne vue d’ensemble des moyens d’actions utilisés par ces groupes; sites web, magazines en-ligne, vidéos YouTube, etc… Pour parler clairement, ces groupes sont principalement des islamistes et des mouvements d’extrême droite, bien de chez nous eux.

Mardi, 5 juin

On commence à 9h, raisonnable ;-) Ce deuxième jour sera plus intéressant car on va entrer dans le vif du sujet avec plusieurs groupes de travail, je vais enfin pouvoir mettre mon grain de sel. Il y a trois “fournées” de groupes de travail à la suite. Chaque “fournée” est composée de 4 séances en parallèle, il me faut donc choisir les sujets qui me sont les plus importants. Dans l’ordre je participe au groupe “Législation”, “Education” et “Coopération”. J’aurais bien participé à toutes les séances, mais je ne sais pas encore me dédoubler. Pourquoi ces groupes là?

  • Législation, car mon sentiment est que si ça tourne mal, c’est forcement dans la législation, il faut donc assurer que les propositions auront du sens et n’entraveront pas nos libertés.
  • Education, car cet élément me semble essentiel pour prévenir la radicalisation.
  • Coopération, (il s’agit de coopération entre les investigateurs et les fournisseurs de services Internet) car étant professionnel dans ce secteur, c’est un domaine que je connais bien.

Conclusions

Lorsque l’on lit le contenu du site web du projet, on peut, comme je l’ai fait, s’attendre au pire. On imagine tout de suite du filtrage dans tous les sens, des atteintes violentes à nos libertés individuelles, etc… un PATRIOT Act sauce européenne quoi.

Dans la réalité, ce projet est tout autre! La collaboration entre tous ces acteurs fait qu’automatiquement on arrive a trouver des mesures raisonnables, utiles et efficaces. Comme, par exemple, des programmes d’éducation pour contrer la radicalisation à la source, des moyens d’aide (helpline) pour les personnes qui en ont besoin (ou pour leur entourage, parents par exemple), des canaux de communications clairs entre les acteurs d’Internet et les autorités, etc…

J’ai grandement contribué au sein des workshops auxquels j’ai participé et vu que je vois clairement que ce projet a un vrai potentiel positif, je me rendrai au prochain workshop à Londres en septembre.

Pour partager cet article, il faut d\'abord activer bouton en cliquant dessus, cela pour protéger votre sphère privée!